• La rencontre entre Aeriski et Griffie

    Aeriksi était allongé sur un rocher sous le doux soleil d'été. La chaleur l'avait toujours aidé à dormir et il aimait se prélasser durant des heures. Alors que ses yeux commençaient à se fermer, un craquement retenti derrière des ronces. Le jeune mâle noir sursauta en se redressant tellement vite qu'il perdit l'équilibre, il atterrit gracieusement au sol sur ses quatre pattes. Voyant un mouvement brusque dans les hautes herbes, le matou se tapi contre la terre, queue et oreilles dressées, prêt à bondir en cas de danger. Il rampa dans la direction du son avec prudence. Soudain une masse claire lui atterrit sur le dos. Aeriski se retourna furieusement en grondant et, sans aucune difficulté, il fit tomber son assaillant et le plaqua au sol. C'était une chatte grise perle aux yeux verts fougères.

    "Et ! Lâche moi ! Je voulais juste jouer ! Lança-t-elle en se tortillant sous le poids du noiraud. 

    -Tu appelles ça jouer ?! tu as planté tes sales griffes dans ma chair !

    -Désolée !

    -Tu es aussi stupide qu'un chaton... Grogna le jeune matou en se dégageant de l'inconnue.

    -Les chatons ne sont pas stupides. Et toi tu es aussi grincheux qu'un ancien."

    Le mâle secoua la tête, ne sachant que répondre, il soupira. Il s'éloigna sans dire un mot de plus.

    "Attend ! C'est lâche de fuir un problème. Lui cria l'étrangère.

    -Ce qui est lâche c'est d'attaquer un chat innocent.

    -Au contraire, moi je trouve ça très courageux... Ronronna-t-elle.

    -En quoi prendre quelqu'un par surprise est courageux ?

    -Et en quoi c'est un acte de lâcheté ?

    Aeriksi souffla d'agacement, il trouvait cette chatte vraiment...arrogante. Elle plongea ses yeux dans les siens.

    -Au fond tu sais que j'ai raison mais tu as trop de fierté pour l'avouer.

    -Laisse moi partir maintenant. Tu as joué, c'était très drôle mais j'ai d'autres choses à faire.

    -Tu n'avais pas l'air d'être occupé là haut sur ton rocher...

    -Tu m'espionnais ?

    -Espionner est un grand mot... disons plutôt que je t'observais.

    -Qu'est-ce que ça change ? 

    -Observer sonne plus positif.

    -Et ce sera positif quand je te déchirerai une oreille ?

    La femelle gloussa.

    -Tu ne comptes pas t'en prendre à moi. Sinon tu l'aurais déjà fait.

    -Peut-être...

    -T'es vraiment qu'un rabat-joie.

    -Je n'aime pas les inconnus, c'est tout. Sur ce, adieu.

    -Attend. Comment t'appelles-tu ?

    -Aeriski. Répondit-il sans aucune sympathie. Il avança sans se retourner, pas même lorsqu'elle lança :

    -Enchantée, je suis Griffie"

    Puis le beau mâle disparut dans les buissons, mais pas pour la dernière fois.

     

    Je voulais faire un texte plus long mais je pense que pour une rencontre il est déjà bien non ?

    Je le publie avant le chapitre 1 pour combler un peu mon absence ;-;


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :